Bagan (Pagan) et le Mont Popa, Myanmar

Bagan (Pagan) et le Mont Popa, Myanmar

BAGAN

Mercredi 20 novembre 2002

Aujourd’hui nous attaquons la visite de Old Bagan et du nord du site.

                     
Bu Paya          
Paya Maha-bodi                                        
Patho Hti-lo-min-lo  
Stuc sur mur extérieur  
Peintures murales  
Plafond

Nous continuons jusque Nyaung U où nous déjeunons dans un restaurant de pâtes fraîches italiennes (ça change du riz).
Nous passons les heures les plus chaudes à l’ombre du Paya Shwezigon, où nous jouons avec des enfants et des moinillons, tout fiers de nous montrer leurs jouets.

                                                                           

Nous assistons au coucher de soleil du Paya Ywa-haung-gyi. C’est un très beau site et très peu fréquenté.

                     


Patho That-byin-nyu
et Ananda  

   

Une mauvaise nouvelle nous attend à notre retour à l’hôtel, il n’y a plus de place dans les bus à destination de Yangon jusqu’au 30 novembre alors que notre avion de retour est prévu pour le 25.
Le patron de l’hôtel, à qui nous avions demandé de réserver les places de bus, nous promet de trouver une solution et nous tiendra au courant le lendemain.

Jeudi 21 novembre 2002

Nous partageons une voiture de location avec une écossaise qui suivait le même itinéraire et fréquentait les mêmes hôtels que nous depuis Mandalay, pour visiter le Mont Popa. Après 1h30 de route, nous arrivons sur place. Les points de vue autour du site sont peu nombreux mais constituent l’intérêt principal de cette visite. La pagode, par sont stupa parallélépipèdique et les nombreuses effigies de Nans, sort de l’ordinaire mais ne justifie pas plus de deux heures sur place.

                     
Nat (Esprits)                      
Bouddha sastisfait  
Boite à offrandes

Bouddhisme et argent sont indissociables

Sur la route du retour, nous nous arrêtons chez un producteur de sucre et d’alcool de canne.
Nous sommes de retour vers 13 heures.

Nous nous rendons en fin de journée, à la Paya Law-ka-nan-da près du fleuve à New Bagan.


Stupa en travaux

Le stupa était en travaux et recouvert par un impressionnant échafaudage en bambou. En contrebas de la pagode, ce trouve un étang peuplé d’énormes carpes que nourrissent des enfants.

             
Coucher de soleil sur l’Ayeyarwady

En attendant le coucher du soleil, nous avons été véritablement harcelés par des enfants vendeurs de cartes postales. Pendant presque une heure, ils sont restés près de nous en disant sans cesse « postcards, postcards ». Rien n’y a fait, ni les mercis et les sourires aimables, dans un premier temps, agressifs ensuite, ni le fait que nous leur montrions les cartes achetées le matin même. Soit ils n’avaient d’autres objectifs que de nous dégoûter du site et nous en chasser, soit ils s’acharnaient sur les rares visiteurs vu l’absence des tours organisés à cause des travaux.

Nous sommes partis juste après le coucher du soleil et avons raté l’embrasement du ciel sur le fleuve.

C’était la seule fois, en 4 semaines au Myanmar, où nous avons été harcelés par des vendeurs.


Sur le chemin de l’hôtel

A notre retour, le patron de l’hôtel nous propose deux solutions pour rejoindre Yangon à la date prévue. Soit l’avion qui coûte 105 USD par personne, soit dans la voiture d’un habitant de Bagan se rendant à Pyay, de là nous prendrions un bus pour Yangon. Il nous demande 40 USD pour deux personnes. Devant notre hésitation, il nous propose de faire un détour jusque Yangon pour 80 USD.  N’ayant pas trop de choix, nous marquons notre accord pour cette solution.

Vendredi 22 novembre 2002

Ce matin, je me suis levé à 5 heures pour assister au lever du soleil depuis le Paya Ywa-haung-gyi. Si le spectacle d’un coucher de soleil est superbe, le lever du soleil est magique. Le silence complet fait place, petit à petit, au chant des oiseaux en même temps que le ciel s’éclaire en passant par toutes la gamme des oranges, des mauve pour arriver au bleu.

                           

Nous n’étions qu’une dizaine au sommet du stupa et ayant, heureusement, tous la même envie d’assister à ce spectacle dans les meilleures conditions.

                           

Ce lever de soleil valait vraiment l’effort de se lever tôt.

L’heure du départ et prévue pour 13 heures mais quand nous voyons arriver la voiture, c’est la stupéfaction.

Il s’agit en fait d’un pick-up et nous voyagerons dans la benne. Heureusement, le patron de l’hôtel nous prête un grand morceau de moquette dont nous recouvrons le plancher et des oreillers. En plaçant nos sacs à dos comme dossier et les oreillers comme matelas, nous avons passé un voyage très confortable et nous avons même dormi une grande partie de la nuit.

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.