Tour des plages de Sianoukville, Cambodge

Tour des plages de Sianoukville, Cambodge

PHNOM PENH

TUOL SLENG – Camp de sécurité S21

Le palais royal et la pagode d’argent   Visite de Phnom Penh

La période Khmer rouge, à l’instar de l’époque nazi, est l’une des pires de l’histoire de l’humanité.
La prison de Tuol Sleng, ou S-21 (Security Office 21), à Phnom Penh est un exemple effrayant de l’horreur quotidienne perpétrée par le régime de Pol Pot.
Cette prison était un des organes du régime Khmer Rouge des plus secrets.

En 1976, les Khmers rouges posèrent des palissades de taules, doublées de fils barbelés électrifiés autour de cette ancienne école.
Dans un premier temps, se furent les maisons situées autour de l’établissement qui servaient de bureau, de salles d’interrogatoires et de tortures.

Puis pour un contrôle plus efficace, certaines salles de classes furent aménagées à cet effet.

Les autres salles de classes restèrent des cellules. Celles du premier et du second étage étaient divisées en de minuscules cellules de briques ou de bois, de 0.8 à 2 mètres, destinées à 1 prisonnier, parfois 2 ! Les deux étages suivant étaient réservés aux cellules collectives, tous les prisonniers étant attachés par les chevilles, face au mur. Un de ces étages était réservé aux femmes.

De nationalités diverses, ils étaient là parce qu’ils étaient soupçonnés ou accusés d’avoir été infidèles envers l’Angkar (entité directrice secrète, limite mystique, composée par les dirigeants Khmers Rouges). Tout le monde pouvait l’être. Toute la famille proche du prisonnier, enfants et femme, étaient emmenés aussi, pour y être exterminés.

Avant d’être placés en cellule, les prisonniers étaient photographiés. Les murs du musée sont recouverts de ces photos.

Les prisonniers attendaient là le moment, « leur moment », celui où ils allaient se faire torturer dans des conditions particulièrement inhumaines et dans l’implacable totalité des cas, à mort.

On peut aussi lire, ci-contre, les règles qui régissaient la prison. En voici quelques unes :
– Vous devez répondre à mes questions. N’essayez pas de les détourner.
– Ne cherchez pas d’excuses. Il vous est strictement interdit de me contester.
– N’oubliez jamais que vous êtes un traître.
– Vous devez répondre à mes questions sans prendre le temps de réfléchir.
– N
e me parlez pas de vos actes immoraux.

Et la plus cynique:

Lorsque vous recevez des coups de fouet ou des décharges électriques, ne criez pas trop fort.

 Plus de 17 000 prisonniers y furent retenus pour être transportés ensuite dans le camp d’extermination de Cheoung Ek et y être exécutés. Lorsque Phnom Penh fut libéré par l’Armée Vietnamienne au début 1979, seul sept prisonniers restaient survivants. La prison S-21 fit ainsi 12499 victimes dont 2000 enfants.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.